Chanson des pèlerins de Saint-Jacques

Bannière Chanson de Saint-Jacques

Chanson médiévale, datant probablement du XIIIe siècle.

La version présentée ci-dessous, en occitan et traduite en français, provient des travaux de René Lavaud (1874 – 1955).

I
Sem pelegrins de vila aicela
Que Orlhac proch Jordan s’apela
Avem laissatz nostres parens,
Nostras molhers et nostras gens,

I

Nous sommes des pèlerins de la ville
Qu’on nomme Aurillac près Jordanne.
Nous avons laissé nos parents,
Nos épouses et tous nos gens,

II
Per anar en may clientela
Veyre San Jac de Campestela
Que Crist que fa de drech avers
Molt enriquezisca mos vers !

II

Pour aller en plus grande troupe
Voir Saint-Jacques-de-Compostelle.
Le Christ qui de droit fait envers
Veuille enrichir beaucoup mes vers !

III
De nostra rueta e ostal
Proch lo mostier de san Guiral
Sem estatz totz en la paroquia
Per far serqua de nostra cloquia.

III

De notre ruelle et maison,
Près du moutier de saint Géraud,
Nous fumes tous à la paroisse
Afin d’y prendre nos coquilles.

IV 

Li avem pregat dona Vergis

De nos gitar en Paradis

E donar gracia de peatge

Per fayre be lo sant viatge.

IV

Nous y priâmes Dame la Vierge
De nous mettre en Paradis
Et de nous exempter du péage
Pour bien faire le saint voyage.

V

Quan fuerem proch, en Bordaiga,

Calguèt aventurar sobre aiga :

« Deus, pecayre ! que devendrem

Se san Guiral no nos defen ? »

V

Quand nous fûmes ici près, à Bordeaux,
Il fallut nous risquer sur l’eau.
« Dieu ! malheureux ! que deviendrons-nous
Si saint Géraud ne nous protège ? »

VI

Quan fuerem lay en Beyanha

Proch las encontradas d’Espanha

Calguet cambiar bona peconha

Per escutz e moneta ronha.

VI

Quand nous fûmes là-bas, à Bayonne,
Tout près des pays espagnols,
Il fallut changer bel argent
Pour écus et monnaie grossière.

VII

Quand fuerem a Vitoria,

Vederem la verdor floria :

De joy presem lavendre, tym

Et un deves, e ramorin.

VII

Quand nous fûmes à Vitoria,
Nous vîmes la verdure en fleurs ;
Joyeux, nous cueillîmes lavande, thym
En un pré, et romarin.

VIII

Quan fuerem sobre els pontetz,

Qual termol al passar qu’om fetz !

Creziam morir : A patz ! a patz !

Salva los pelegrins, san Jacz !

VIII

Quand nous fûmes sur les ponceaux,
Comme ils tremblèrent au passage qu’on fit !
Nous croyions mourir : « Paix ! ah Paix !
Sauve les pèlerins, saint Jacques ! »

IX

En Burgos, una cofrairia

Mirific avent nos porgia :

En la soa gleys, a pro tremor,

Us Crist suzava sa suzor.

IX

À Burgos, une confrérie,
Merveille étrange nous montra :
Dans son église, à grands frissons,
Un crucifix suait sa sueur.

X

Per mieg la vila de Lion

Li criderem une canson,

E las donas per abundansa

Venian auzir los filhs de Fransa.

X

En pleine ville de León,
Nous chantâmes une chanson,
Et les dames en grand nombre
Venaient entendre les fils de France.

XI

Aribatz als mons Esturiet

Los pelegrins agron molt freit

En Salvador azorem totz

Jorn e nuech clavel de la crotz.

XI

Arrivés aux monts Asturiens,
Les pèlerins eurent grand froid ;
À Salvador nous adorâmes
Jour et nuit un clou de la croix.

XII

Quan fuerem en Rivedier,

Sirvens volgro metre en carcer

Vielhs e joines ; mas Alvernhat :

Sel per Guiral et par l’Abat !

XII

Quand nous fûmes à Rivedier,
Des sergents voulurent mettre en prison
Jeunes et vieux ; mais les Auvergnats dirent :
« Nous sommes ici au nom de Géraud et de l’abbé ! »

XIII

Davan lo jutge lor dizem

Que per pregar Deus nos venem,

E no per far dam ni damnatge.

Lo jutge dis : « Patz, bo viatge ! »

XIII

Devant le juge nous leur dîmes
Que pour prier Dieu nous venions,
Non pour faire mal ni dommage.
Le juge dit : « Paix ! bon voyage ! »

XIV

Sem en Galicia. O san Jacz,

guarda pelegrins de peccatz

E dona lei formatge e blada

Per poder far molt pogezada.

XIV

Nous sommes en Galice. Ô saint Jacques,
Garde les pèlerins du péché
Et donne-leur fromage et blé
Pour qu’ils en fassent beaucoup d’argent.

XV

Preguem per mossenhor l’Abat

Que nos a totz recunfortat

En la mayso sobre montanha

De pa, de vin e de manganha.

XV

Prions pour Monseigneur l’Abbé
Qui nous a tous réconfortés
Dans sa maison sur la montagne
De pain, de vin et provisions.

Pour marcher dans les pas de Saint-Jacques-de-Compostelle

Le tympan contemporain décoré par l'artiste vicoise Simone Fonfreide